Bilan Mi-Mandat

Ma Région en action pour les entreprises et les emplois

Convaincue que ce sont d’abord les entreprises qui créent l’emploi, la Région les a replacées au cœur de son action économique. Pour renforcer leur développement, elle a activé trois leviers : un Contrat de Croissance Entreprise simplifié ; un réseau d’infrastructures d’innovation et de transports irriguant tout le territoire ; des actions de proximité pour rapprocher les demandeurs d’emploi des entreprises qui peinent à recruter.

aides PME | industrie du futur | numérique | croissance bleue | tourisme | international | emploi | enseignement supérieur et recherche | agriculture

Des aides sur-mesure pour les PME et l’artisanat

Grâce à son Contrat de Croissance Entreprise, la Région propose depuis 2017 une nouvelle philosophie d’action fondée sur :

  • La proximité, avec le recrutement de quinze développeurs économiques, implantés dans chaque département.
  • La simplicité, avec une boîte à outils d’aides et de dispositifs rassemblés dans le Contrat de Croissance, pour conseiller, financer et accompagner la performance des entreprises dans l’innovation et l’export.
  • L’efficacité, avec le portail repensé entreprisespaysdelaloire.fr pour accéder en un clic à l’ensemble des aides et dispositifs d’accompagnement dédiés aux entreprises ligériennes.

Le Contrat de Croissance Entreprise porte déjà ses fruits : 131 projets de reprises accompagnés, 59 prêts alloués pour soutenir les TPE et PME dans leurs investissements immatériels (formations, recrutement, logiciels…), plus de 1 300 projets de développement ou d’implantation d’entreprises accompagnés par les développeurs économiques régionaux et 34 dirigeants de PME bénéficiaires d’un dispositif d’accélérateur de croissance.

Un fonds régional de soutien spécifique pour les artisans et commerçants a été créé il y a un an et a déjà soutenu 73 projets pour une aide moyenne de 13 000 euros comme par exemple la mise en conformité PMR (Personnes à Mobilité Réduite) de bars-restaurants, la modernisation de boulangeries ou l’acquisition de mobilier pour des commerces multiservices. Avec le seul dispositif transmission-reprise pour les TPE et PME, la Région a créé ou préservé 1 045 emplois en 2017.

L’industrie ligérienne à la pointe

L’industrie est l’un des moteurs de l’économie des Pays de la Loire qui se hissent au deuxième rang des régions en termes de taux d’emplois industriels et comptent 8 % des effectifs nationaux du secteur. Améliorer la compétitivité des industries, moderniser les outils de production, participer à des programmes de R&D liés à l’excellence technologique : déjà 430 Petites et Moyennes Industries ont été accompagnées grâce au Plan industrie du futur lancé par la Région en mars 2017.

REGARDER LA VIDÉO

L’industrie de demain s’imagine aussi dans les quatre Technocampus financés par la Région, symboles et sources d’un travail collaboratif innovant. Spécialisées dans quatre domaines d’expertise (Océan, Composites, Réalité virtuelle, Alimentation), ces plateformes technologiques offrent des solutions innovantes et permettent aux entrepreneurs d’intégrer l’industrie 4.0.

C’est aussi en Pays de la Loire que la marque French Fab, vitrine des savoir-faire industriels français, s’est déployée dans chacun des cinq départements, avec le soutien de la Région des Pays de la Loire, première Région French Fab de France.

 

 

ce qu’il en dit – Pascal Cardi

« Le Contrat de Croissance Entreprise de la Région nous a permis d'intégrer la réalité virtuelle dans la conception de nos produits : une véritable révolution qui offre la possibilité de les tester grâce à la navigation virtuelle. »


Pascal Cardi, Président de NVequipment (protections pour bateaux),  Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85)

Les PME se numérisent

La Région a mis en place en 2017 un plan régional pour renforcer les atouts numériques du territoire et inviter les filières de l’économie ligérienne à s’emparer des enjeux de la numérisation. Grâce à une aide moyenne régionale d’environ 10 000 euros par entreprise, 182 PME de moins de 50 salariés se sont déjà équipées avec succès d’outils numériques dans le but de gagner en productivité et créer de la valeur.

Cap sur la croissance bleue

La mer présente un potentiel de développement et d’emplois formidable mais qui reste à valoriser. La Région a adopté une stratégie maritime inédite et soutient tout particulièrement :

  • les biotechnologies marines (cosmétiques, alimentation),
  • les énergies marines renouvelables : développement de la filière et des emplois, soutien aux deux parcs éoliens offshore, mise en service de la première éolienne flottante implantée en France,
  • les industries portuaires et navales :  soutien aux chantiers de l’Atlantique (STX) et à un large tissu de PME,
  • la filière nautique (7 200 emplois directs) : dix actions clés pour renforcer et préparer l’avenir de la filière,
  • les filières pêche et aquaculture : soutien à 87 projets d’exploitations aquacoles, de pêcheurs ou d’entreprises de transformation financés grâce à la mobilisation des fonds européens par la Région et un plan d’urgence régional de 2 millions d’euros en faveur de 41 entreprises de la mytiliculture touchées par la crise.

REGARDER LA VIDÉO

Une région touristique attractive

La Région porte depuis trois ans une nouvelle ambition pour développer le tourisme en diversifiant l’offre proposée et en ciblant particulièrement la reconquête de la clientèle internationale. Elle a donc ouvert 18 nouveaux circuits sur la route des vins du Val de Loire, développé un soutien aux projets touristiques des communes et communautés de communes, engagé 5 millions d’euros dans les itinéraires cyclables et voies vertes, et accompagné 22 projets touristiques innovants et performants à hauteur d’1,2 million d’euros. Les résultats sont déjà là : les nuitées des hôtels et des campings ont augmenté de 8 % et de 6 % pour les nuitées internationales.

REGARDER LA VIDÉO

L’internationalisation de l’économie régionale

Depuis trois ans, la Région a décidé de concentrer son action à l’international sur le volet économique avec deux priorités fortes : l’export de proximité pour réinvestir le marché européen, et le grand export sur trois zones prioritaires (Amérique du Nord-Canada-Mexique, Asie et Afrique de l’Ouest).
Pour accompagner les PME ligériennes à l’export, la Région a organisé 11 missions à l’étranger mobilisant 180 entreprises qui ont déjà donné des résultats tangibles comme des accords pour l’export de la viande bovine ligérienne en Chine.
Côté Europe, la Région a créé en janvier 2017 un bureau Pays de la Loire Europe à Bruxelles pour représenter et défendre les intérêts des acteurs ligériens auprès des institutions européennes.

ce qu’il en dit – Pascal Cardi

« Le Contrat de Croissance Entreprise de la Région nous a permis d’intégrer la réalité virtuelle dans la conception de nos produits : une véritable révolution qui offre la possibilité de les tester grâce à la navigation virtuelle. »


Pascal Cardi,
Président de NVequipment (protections pour bateaux),  Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85)

« Faire rayonner notre Grand Port Nantes – Saint-Nazaire »

« Les grandes infrastructures sont indispensables au développement et à l’attractivité de notre territoire. C’est pourquoi nous investissons sur les routes et nous avons relancé les études pour un nouveau franchissement de Loire en aval de Nantes. Nous souhaitons aussi donner au Grand Port Nantes-Saint-Nazaire une dimension nationale et internationale pour le rayonnement de toutes les entreprises de la région. »

Paul Jeanneteau
Président de la commission Entreprise, développement international, tourisme, innovation, enseignement supérieur et recherche.

La bataille pour l’emploi en action

La Région forme chaque année 30 000 demandeurs d’emploi. Elle a lancé, en mars 2018, le Plan de bataille pour l’emploi : il vise à aider les entreprises à recruter et les demandeurs d’emploi à se former aux métiers en tension près de chez eux. Parce que 60 % des apprenants ont un emploi dans l’année qui suit leur formation, la Région a augmenté le nombre de places de 30 % et conçu une nouvelle offre de formation comme un véritable parcours continu vers l’emploi : le programme « Prépa » pour consolider un projet professionnel, « Visa » pour se qualifier et « Accès » pour accéder directement à un emploi ou reprendre/créer une entreprise.

Le plan de bataille pour l’emploi veut ainsi faciliter la rencontre entre les compétences et les besoins des entreprises. Des actions spécifiques sur les métiers du numérique, de l’industrie, de la logistique et du BTP sont actuellement menées dans chaque département pour accompagner les entreprises, par bassin d’emploi, à trouver des compétences sur leurs territoires et anticiper les besoins en ressources humaines.

Enfin, pour lever les freins à l’embauche, la Région agit sur les transports avec la carte Mobi qui offre 75 % de réduction sur le TER ou la plateforme de solutions de mobilité Wimoov, la garde d’enfants ou encore l’accès au logement avec des aides régionales dédiées.

REGARDER LA VIDEO

Ce qu’il en dit – Maxime Fosse

« Déjà diplômé d'un BTS de chimie, j'avais du mal à trouver un emploi pérenne et correspondant à mes attentes dans ce secteur. Grâce à la formation Visa métiers financée par la Région, je me suis lancé dans un BTS Systèmes numériques, informatique et réseaux : une formation accélérée en un an au lieu de deux, format idéal pour un adulte en reconversion. Après l'obtention de mon diplôme, j'ai très vite trouvé une entreprise pour effectuer un apprentissage en Licence.»
Maxime Fosse, 28 ans, bénéficiaire d'une formation Visa métiers pour se former aux métiers des secteurs qui recrutent.

La recherche et l’enseignement supérieur au service des emplois de demain

Facteurs de compétitivité, d’attractivité et de création d’emplois, la Région soutient la recherche et l’enseignement supérieur. Depuis 2016, elle a investi dans les bâtiments publics et privés de l’enseignement supérieur (42 millions d’euros) et dans les équipements scientifiques nécessaires aux travaux des équipes de recherche ligériennes (11,7 millions d’euros).
Sur trois ans, elle a accueilli 12 nouveaux chercheurs reconnus au niveau international grâce à l’appel à projets Connect talent et a accompagné la trajectoire de 23 jeunes chercheurs ligériens prometteurs, lauréats du dispositif Étoiles montantes.

Elle agit pour rapprocher la recherche publique des entreprises à travers plusieurs actions concrètes votées en juin 2018 : l’accueil d’étudiants en Master dans les entreprises, la prospection des entreprises à fort potentiel d’innovation, le soutien financier aux entreprises partenaires de la recherche et aux chaires industrielles pour les PME au plus près des antennes universitaires (La Roche-sur-Yon, Laval, Saint-Nazaire, Cholet, Saumur…).
Elle encourage aussi la mobilité des étudiants ligériens à l’étranger : avec Envoléo, elle a délivré près de 7 600 bourses pour des séjours de 3 mois minimum depuis 2016.

 

et demain – Le doublement du nombre de Technocampus

Le doublement du nombre de Technocampus de 4 à 8, à commencer par la création d’un Technocampus Robotique à La Roche-sur-Yon dès 2019.

Des aides individuelles à la formation renforcées pour les 50-54 ans.

Le déploiement des plateformes de mobilité en faveur de l’emploi en Mayenne et en Vendée.

La création d’une académie de chercheurs offrant solutions sur-mesure et ressources pour les inciter à rejoindre les laboratoires ligériens.

La Région engagée auprès de ses agriculteurs

L’agriculture et l’agroalimentaire représentent le premier secteur économique de la région avec 170 000 emplois. Pourtant, ce secteur traverse une crise profonde. Ainsi, pour accompagner la compétitivité des exploitations et développer l’économie de ses 11 filières agricoles, la Région a lancé en 2017 sa stratégie agri-alimentaire : elle a déjà permis la modernisation de plus de 3 000 exploitations agricoles, l’aide à l’installation de 1 500 jeunes agriculteurs et l’accompagnement de près de 100 projets d’innovation.

La Région a aussi soutenu 56 projets d’investissement dans l’agroalimentaire, mobilisant près de 25 millions d’euros pour ancrer les productions agricoles et leur transformation sur tout le territoire régional. Par ailleurs, la Région a renforcé son soutien à l’agriculture biologique avec 6 millions d’euros de crédits supplémentaires* pour la période 2018-2020 afin d’encourager les conversions, répondre aux besoins des consommateurs, améliorer la qualité des produits et développer des circuits de proximité.

* Aux 45 millions d’euros existants incluant les fonds européens.

Agir vite face à l’urgence agricole

Dès 2016, la Région s’est mobilisée pour aider les agriculteurs à faire face à la crise agricole structurelle en leur consacrant près de 7 millions d’euros (avec l’effet levier des fonds européens) et en débloquant les 52 millions d’euros d’aides agricoles initialement prévues en 2015.

La Région est aussi intervenue sur des situations d’urgence ponctuelles : en viticulture, pour accompagner des projets collectifs d’investissements pour la protection des vignes contre le gel ; en mytiliculture, pour soutenir 41 exploitants et des projets de recherche sur les causes d’une mortalité record ; en aviculture et cuniculture pour aider les éleveurs à faire face aux crises sanitaires.

et demain – Un plan régional de soutien au développement

Un plan régional de soutien au développement de la filière bois déployé au premier semestre 2019.

Politique agricole commune : un engagement fort de la Région sur les orientations de la future PAC post 2020 pour défendre les intérêts des agriculteurs ligériens.

En 2019, le lancement du concours RéSolutions sur l’aquaculture pour apporter des solutions innovantes aux maladies, à la valorisation des produits, au développement d’aliments…

« Aider sans attendre les agriculteurs en difficulté et préserver notre puissance agricole régionale »

« Dès 2016, suite au Plan d’urgence pour l’agriculture, nous avons mis en place une véritable stratégie agri-alimentaire partagée, visant notamment à renforcer la compétitivité et la montée en gamme de la valeur ajoutée de l’agriculture ligérienne. C’est un soutien renforcé et concret à nos agriculteurs, acteurs de notre économie, de notre environnement et de notre ruralité. »

Lydie Bernard,
Présidente de la commission Agriculture, agroalimentaire, forêt, pêche et mer.